Rénovation de salle de bain Montpellier et villes voisines

RENOV’ BAT PLUS est une entreprise spécialisée dans les travaux de rénovation de salle de bain sur Montpellier depuis plus d’une dizaine d’années. Notre équipe de professionnels intervient à votre domicile pour effectuer de petits travaux ou pour une rénovation complète de votre salle de bain.

Nous sommes spécialisés dans la fourniture et la pose de :

  • Douches à l’italienne,
  • cabines de douche,
  • vasques,
  • robinetteries,
  • colonnes de douche hydromassantes,
  • ciels de pluie,
  • balnéothérapie,
  • meubles de salle de bain,
  • WC suspendus,
  • spots encastrés et éclairages décoratifs
  • carrelages au sol, faïences, mosaïques
  • Sèches serviettes, radiateurs
  • Traitement de l’eau, ventilation…

Nous vous proposons de personnaliser votre salle de bain selon vos souhaits et vos envies. La plus part de nos clients situés à Montpellier et dans les villes avoisinantes nous contactent pour enlever la baignoire existante et la remplacer par une douche à l’italienne de plein pied.

Nous nous occupons de tout, raccordement de l’évacuation des eaux usées, raccordement de conduits d’eau froide et eau chaude, électricité si nécessaire, faïence, carrelage, etc.

Renov’Bat Plus met toute sa compétence et son savoir-faire pour créer la salle de bain qui vous ressemble.

renovation salle de bain montpellier

Quel est le prix de la rénovation d’une salle de bain sur Montpellier et les villes voisines ?

Le budget moyen pour la création d’une salle de bain varie en fonction des matériaux de construction utilisés, des équipement en proportion bien sûr avec votre budget. Voulez-vous de la rapidité et des douches expéditives ? Ou alors une baignoire ? Quelle ambiance préférez-vous ? Une salle de bains au style moderne ? Rétro ? Contemporain

Prix pour la rénovation d’une salle de bain

Sachez que des peintures sanitaires très performantes seront très bien pour rafraichir baignoires et lavabos usés, une sorte d’émaillage à froid.

Vous allez également repeindre les murs et poser un nouveau revêtement de sol du type PVC. Votre budget salle de bain ne devrait pas dépasser les 150 euros.

Création d’une salle de bain à petit prix

Les premiers prix pour le carrelage n’excèdent pas 10 euros le m², une douche, une vasque, des toilettes, tout cela en entrée de gamme, pas plus de 200 euros les trois pièces.

Plomberie, PER et robinetterie en entrée de gamme, 100 euros les trois. Petit chauffage étudié pour les salles de bain à 80 euros.

Vous allez pouvoir avec un budget de 1000 euros rénover votre salle de bain, si vous faites les travaux vous-mêmes.

Rénover sa salle de bain avec un budget serré

Une baignoire est en place, vous allez poser une cloison en verre amovible et pouvoir installer une colonne de douche à plusieurs jets à 250 euros.

Un décor en carrelage adhésif, décoration basse du lavabo et un petit meuble pour le rangement, le tout pour 120 euros. Peintures de votre salle bain, sol en PVC ou bien en dalles en bois à 100 euros.

Pour la douche, optez pour une douchette à colonnes de massage, un nouveau rideau ou alors une porte en verre, sans oublier le petit chauffage spécial salle de bain. Le tout pour 1300 euros, sans la pose bien sûr.

Rénover sa salle de bain avec un budget moyen

La douche sera remplacée par une cabine de douche à massage à 500 euros. Vous pourrez remplacer la baignoire par un modèle balnéo à 900 euros, acheter un meuble avec vasque encastré, pose au solde bois ou carrelage.

Le prix de la salle de bain varie de 3500 euros à 5000 euros y compris les frais de pose.

Le prix d’une salle de bain neuve

Budget confortable pour la création d’une salle de bain

Dirigez-vous plutôt pour une cabine de douche multifonction, hammam ou baignoire balnéo dans les 2000 euros.

Du mobilier, habillage du sol et des murs en bois ou carrelage pour un budget de 7000 euros à 8500 euros avec l’installation, ceci fera l’affaire.

Créer sa salle de bain avec un gros budget

Choisissez une douche option hammam et baignoire haut de gamme, balnéo – jacuzzi : 4000 euros la pièce.

Un habillage mûr et sols avec des matériaux précieux comme la pierre, le bois, l’inox, le verre pour un budget de 15.000 euros à 30.000 euros.

Vous voici paré pour prendre votre décision, notez que depuis le 1er janvier 2014 la TVA pour les travaux à domicile passe à 10 %.

Quel revêtement pour la salle de bain en 2018 – 2019 ?

La salle de bain est une pièce à vivre à part entière ! Vous y débutez votre journée tout comme vous y mettez fin. La décoration se doit alors d’être adaptée à votre personnalité et votre style de vie.
Si vous êtes en pleine construction ou en réaménagement de votre salle de bain, vous ne pouvez ignorer l’étape du revêtement. Les tendances de l’année 2018 – 2019 sont déjà là, entre revêtement design ou naturel, le choix s’annonce rude.

Salle de bain en bois

Cette matière à la fois souple et chaleureuse séduit depuis déjà plusieurs années les foyers. L’installation d’un parquet dans votre salle d’eau vous soumets cependant à plus de contraintes que dans n’importe quelle autre pièce de la maison. Ceci est uniquement dû à la présence d’eau et d’humidité ambiante.

Le teck est parfaitement adapté à vos besoins, mais vous pouvez aussi prendre d’autres bois exotiques, comme le merbau, le teck de Birmanie, le doussé ou bien le bambou.

Si vous préférez les bois européens comme l’épicéa ou le pin maritime, un traitement sera requis si vous désirez l’adapter à votre salle de bain.

Bien que les murs soient moins enclins à l’humidité, vous devrez utiliser le même bois que celui du sol. A moins que vous ne trouviez la bonne nuance entre deux essences. Outre le coût de l’artisan qui se chargera de la pose, vous devrez compter entre 40 à 300 € le m².

Le béton pour une salle de bain au design industriel

Sans doute l’un des grands retours de cette année 2018, le béton, sobre et design, habille votre salle de bain. On l’adopte pour son aspect brut et moderne que l’on peut adoucir avec des matériaux brillants et des couleurs chaudes. Si ce n’est son esthétique, on s’arrête également sur sa praticité.

A la fois solide, résistant et imperméable, le revêtement en béton convient parfaitement à votre salle de bains, surtout sur le long terme.

Mais il reste difficile à poser si vous ne faites pas appel à un professionnel. Vous pourrez alors vous convenir pour ce qui est de l’aspect du béton, qui peut être brut, lisse, satiné, ciré, intégrer des fibres optiques ou encore du verre.

Le prix du m² est à 50-80 € pour les petits budgets, mais peut monter à 400€ pour le béton haut de gamme. Dans tous les cas, vous devrez investir du temps dans l’entretien du béton, en raison de son aspect poreux et son enclin facile aux tâches.

Le PVC pour tous les budgets

Leur diversité n’est pas leur seul avantage. A la fois étanches, antidérapants, résistants et faciles d’entretien, les matériaux en PVC se déclinent sous toutes les formes. Les couleurs et les aspects sont variés, pouvant même imiter le bois.

Pour le sol, les tendances sont au sisal et au jonc de mer. Ce dernier est plus agréable au toucher que le sisal, qui lui, peut parfois faire mal aux pieds. Le liège commence tout juste à faire son entrée dans la gamme de matériaux en PVC, mais possède déjà ses adeptes.

Pour le revêtement de sol, vous trouverez des dalles mates et vernies, le lambris en PVC est lui, réservé aux murs.

Les désavantages de ce matériau sont rares, si ce n’est la pose, qui, mal faite, peut être perméable. Les petits budgets pourront se l’approprier pour 5 à 25 € le m², tandis que la résine, plus onéreuse, est disponible à partir de 60 € jusqu’à 400 € et plus.

Zoom sur les nouveaux revêtements

La résine époxy est la grande nouveauté dans nos salles de bains.

Initialement utilisée dans les lieux administratifs, son lustre, sa haute résistance et son entretien facile sont maintenant à notre disposition. Les couleurs sont multiples, la pose rapide et l’isolation parfaite. Le seul bémol réside dans le déplacement des meubles massifs, qui peut marquer définitivement le sol en résine époxy. Les prix restent abordables, avec une moyenne de 100 € le m².

Si vous souhaitez investir un budget conséquent dans une salle de bain design, la lave émaillée est la matière luxueuse par excellence. Réservée aux murs, 1500 teintes de couleurs environ sont disponibles pour cette matière étincelante, résistante et ne nécessitant presque aucun entretien.

Bien entendu, la lave émaillée, unique, est également onéreuse. Comptez 400 à 3000 € le m².

Remise aux normes de l’électricité d’une salle de bain

L’électricité domestique dans la salle de bains reste le chantier le plus délicat à réaliser en raison des dangers que cette pièce regroupe. Le plus grand danger reste la conductibilité électrique d’un corps mouillé et humide. Faire une installation électrique dans cette pièce demande donc à la fois une grande prudence et la connaissance des normes électriques. Volumes, hauteurs, matériels, liaisons ou encore indices de protection, chaque point est essentiel pour réaliser des travaux électriques conformes et sécurisés dans votre salle de bains.

Quelles normes pour ma salle de bains ?

S’il est une pièce ou les règles sont à suivre à la lettre dans le cadre d’une installation électrique, c’est bien la salle de bains. Cette pièce regroupe en effet deux éléments qui nous sont indispensables à cet endroit mais qui ne font pas du tout bon ménage ensemble : l’eau et l’électricité. En effet, être mouillé ou avoir le corps humide dans la salle de bains, c’est courir le risque potentiel de subir une électrisation (passage du courant électrique dans le corps humain) ou même une électrocution (forte électrisation causant la mort). Pour éviter ces pires scénarios, règles et normes sont à l’honneur.

Les normes de salles de bains en 4 volumes

La salle de bains a été divisée en quatre volumes distincts décrits par la norme NF C 15-100 dans le cadre de l’installation des appareils électriques et, ce, en fonction d’un élément clé dans une salle de bain, la baignoire ou la douche. En voici les principes.

Le volume 0 inclut l’intérieur d’une baignoire ou le receveur de douche. Bien entendu, ce volume, de par les dangers liés à l’eau, ne peut tolérer d’appareils électriques, si petits ou faibles soient-ils.  C’est la zone la plus sensible de la salle de bains.

Le volume 1 commence au-dessus de la baignoire ou de la douche, jusqu’à une hauteur de 2,25 m. Dans ce volume, il est possible de mettre en place un éclairage mais de faible tension ou même un chauffe-eau électrique avec raccordement de terre et dont le circuit est protégé par un interrupteur différentiel de 30 mA.

Le volume 2 débute à 0,60 m autour de la baignoire ou de la douche et jusqu’à la même hauteur que le volume 1. Ce volume permet l’installation des appareils électriques tolérés dans le volume 1 mais aussi l’installation de radiateurs électriques et de luminaires avec un isolant double. Même condition que dans le volume 1, ce volume doit être protégé par un disjoncteur différentiel de 30 mA. Si vous désirez utiliser des conduits encastrés, des plinthes et moulures en PVC, sachez que vous ne pourrez pas y intégrer de câbles électriques avec connexion. Les boîtes de raccordement sont permises mais seulement pour servir aux appareils électriques du volume, notamment aux radiateurs électriques.

Le volume 3 concerne le reste de la pièce. Peuvent être intégrés les radiateurs électriques et les éclairages avec conducteur de terre, les interrupteurs et les prises de 230 V avec terre, le tout protégé par un interrupteur différentiel de 30 mA. Ce volume, le plus sécurisant de la salle de bains, peut même abriter un lave-linge et un sèche-linge.

Bidets, évier ou lavabos ne sont pas concernés par les obligations de la norme NF C 15-100.

Bloc notes

L’espace situé sous la baignoire ne fait partie d’aucun des volumes s’il est fermé à l’aide d’une planche ou seulement accessible à l’aide d’un système verrouillé. A contrario, si cet espace est laissé ouvert, il fait partie du volume 1.
Si le fond de la baignoire ou du receveur de douche est surélevé de plus de 15 cm du sol, la hauteur de 2,25 m des volumes 1 et 2 doit être prise en compte à partir du fond de la baignoire.

L’électricité dans la salle de bains

Mieux vaut trop sécuriser une salle de bain que pas assez. En plus du respect des volumes, vous pouvez ajouter des mesures de protection qui seront tout aussi efficaces. Les socles de prises de courant spécialisées par exemple pour votre machine à laver et votre sèche-linge. Les boîtes de raccordement fixées derrière les radiateurs des volumes 1 et 2.
La classification des appareils électriques est aussi un moyen efficace pour sécuriser votre électricité domestique. La Classe 1 inclut les appareils électriques pourvus d’un raccordement à la terre, la classe 2 inclut les appareils électriques ayant une double isolation sans mise à la terre, les dispositifs différentiels (30 mA) sont une sécurité supplémentaire et indispensable pour certains appareils ou encore la TBTS, traduisez Très Basse Tension de Sécurité, soit 12V, une mesure de protection très utile considérée comme classe 3, notamment pour les interrupteurs ou l’éclairage.

Bloc notes

Les canalisations électriques, quel que soit leur mode d’installation (en saillie ou encastré), ne doivent avoir aucun élément métallique. Les fils doivent donc être réunis dans des conduits isolants ou bien des câbles multiconducteurs pourvus d’une gaine protectrice.
Les appareils électriques tels que le chauffage, le sèche serviette ou le chauffe-eau doivent être raccordés en bonne et due forme et surtout pas reliés à une prise de courant : la norme ne le permet pas et le faire causerait des chocs électriques, des surchauffes, voire pire.
Les lampes suspendues par un fil électrique et les douilles en métal sont proscrites.

L’importance de la liaison équipotentielle

La réalisation d’une liaison équipotentielle est très importante dans un lieu comme la salle de bains.  Le principe est simple : il faut rattacher les conducteurs (socles de prises compris) des volumes 1, 2 et 3 au conducteur de terre assurant cette liaison. Il s’agit du fameux fil strié vert et jaune, d’une section de 4mm² si le conducteur est fixé aux parois de la salle de bains et sans protection spéciale et de 2mm² si le conducteur est entouré d’une couche isolante. Canalisations métalliques souvent mal isolées (eau froide, eau chaude, vidange, chauffage central, gaz), baignoires en  acier, chauffe eau,…. Alors qu’une telle liaison doit normalement être raccordée au tableau de distribution électrique, là, cela n’est pas nécessaire, les conducteurs de terre des circuits prises et éclairage y étant reliés.

Bloc notes

Chaque circuit reliant la salle de bains est protégé par un dispositif différentiel, disjoncteur ou interrupteur, de 30 mA.